Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Dancing on the edge
Au début des années 30, Stanley Mitchell, journaliste dans une revue musicale, découvre un groupe de musiciens noirs dirigé par le pianiste Louis Lester. Le trouvant plein de potentiel, Stanley obtient qu'ils se produisent dans un luxueux hôtel londonien. C'est le début du succès... et des ennuis.

Stephen Poliakoff est un scénariste et réalisateur méconnu chez nous mais apparemment réputé outre-manche, dont je n'avais vu jusque-là que son Glorious 39, film doté d'un joli casting et d'un point de départ hitchcockien mais qui partait totalement dans les chapeaux de paille dans sa seconde partie. Bien que cette mini-série ne présente pas vraiment le même défaut, je ne peux pas dire que c'est avec celle-ci que je vais pouvoir déterminer si Poliakoff est à la hauteur de sa réputation ou totalement surestimé.

Dancing ont the Edge bénéficie d'une sacrée distribution une fois encore, convoquant Chiwetel Ejiofor, Matthew Goode, John Goodman, Anthony Head, Jacqueline Bisset, Angel Coulby et une Janet Montgomery bien plus supportable que dans Salem. C'est très soigné, classieux, la série d'époque de la BBC, en somme. De plus, le thème abordé est intéressant, abordant le sujet du racisme dans les années 30 au travers de ce groupe de musiciens qui côtoie le gratin de la société mais se voit sans cesse rappeler sa position précaire.

Pourtant cela ne suffit pas pour que la sauce prenne vraiment. Tout le monde joue bien, c'est joli, il y a un peu de suspense, mais Dancing on the Edge fait partie de ces séries qui se regardent sans déplaisir mais sans passion particulière non plus.

De plus, la mini-série a été découpée différemment en France et en Grande-Bretagne: 4 épisodes sur France O, 5 ou 6 sur la BBC: en fait, l'histoire est bouclée en cinq épisodes, le dernier, un peu spécial, prend la forme d'une interview de Louis par Stanley, et l'on peut se demander quel en est l'intérêt: il n'éclaire que très peu sur les personnages ou l'époque de l'intrigue et on se lance dans une mystérieuse histoire de franc-maçons. Un moyen de lancer une éventuelle deuxième saison? Si c'est le cas, on ne peut pas dire que l'effort ait été convaincant et cette coda apparait à la fois incongrue et superflue.

La mini-série, sans être mauvaise donc, sent un peu trop le rendez-vous manqué, et je sens que je vais aborder toute œuvre estampillée Stephen Poliakoff avec une certaine méfiance.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 24 Avril 2016, 14:32bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".