Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Borgia saison 3
Cesare Borgia réussit à vaincre Catharina Sforza, mais ses généraux commencent à intriguer dans son dos. Rodrigo s'affaiblit de jour en jour, et Lucrezia commence à s'éloigner de son mari, Alfonso de Naples.

Tout genre a ses difficultés à surmonter, mais la fiction historique est peut-être un des plus ardus, surtout quand les personnages sont des figures connues et non pas inventés et croisant à l'occasion une grande figure de l'époque. Cela se ressent particulièrement dans cette ultime saison de la série créée par Tom Fontana, où l'on a semble-t-il bien du mal à faire le tri entre l'important et le superflu, et où les événements s'enchaînent de façon souvent répétitives et laborieuses. Ainsi, il est difficile de se passionner pour les campagnes de Cesare qui n'apporte pas grand chose de neuf, ou de s'inquiéter pour les crises du pape qui a été affaibli depuis la saison dernière. Le tout aurait nettement gagné à être plus ramassé, à se concentrer sur quelques événements majeurs. On retrouve cependant l'univers de sa série dans tous ses excès et sa crudité, au travers d'exécutions particulièrement folkloriques à faire passer les séries récentes à base de complots/sexe/batailles pour La Semaine de Suzette. Le jeu est souvent extrêmement théâtral, les dialogues inégaux (difficile de croire que Lucrezia est un grand esprit quand elle hérite de répliques telles que "votre intolérance est intolérable"), mais bizarrement, la série parvient à dégager un charme inexplicable.

On navigue à vue entre une violence réaliste pour l'époque et un fantasme sur la légende noire de la famille Borgia, mais les acteurs parviennent à remporter l'adhésion pour la plupart, chose que je n'aurais pas imaginé devant la saison 1. À l'époque, par exemple, le personnage de Della Rovere me paraissait assez fade et peu charismatique, limité à faire les gros yeux quand il est contrarié. Au cours de la saison 2 et encore plus cette fois-ci, j'ai été conquise par le potentiel comique de Dejan Cukic et ses expressions et si le parti-pris est assez surprenant, il est finalement plutôt représentatif de l'esprit de la série: on aurait tort de croire à une reconstitution sérieuse. Mark Ryder, de son côté, donne toujours tout ce qu'il a dans son rôle de grand Taré et si Isolda Dychauk manque toujours d'un peu de charisme pour convaincre totalement, on est loin de la gamine insupportable des débuts (et j'adore ses chapeaux. La dernière minute est totalement idiote à moins qu'il faille y voir du symbolisme mais qu'importe.

Au final, Borgia se sera révélée une série maladroitement écrite, inégalement jouée, à la progression difficile mais avec un je-ne-sais-quoi qui la distingue des autres, un côté tellement excessif et en même temps un humour face à son sujet qui la rendent assez spéciale. Il y a de quoi se décourager, se lasser ou en être totalement dégoûté mais pour peu qu'on arrive à s'habituer au ton, finalement, ça se suit avec un certain plaisir.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 12 Avril 2015, 13:04bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".


Ingrédients :

  Escrocgriffe
12-04-15
à 20:38

J’avais adoré la première saison de l’autre série sur les Borgias (avec Jeremy Irons), il faudrait un jour que je les compare (et que je regarde celle-ci).

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
12-04-15
à 20:51

Re:

Je trouve la version avec Irons plus agréable à suivre, moins dans l'excès constant, avec des personnages auxquels il est plus facile de s'attacher (par exemple, il y a un monde entre la Giulia Farnese de la version avec Irons, qui est plutôt sympathique, et celle de la version canal qui est vraiment une garce) mais une fois qu'on s'habitue (si on y arrive!), le côté jusqu'au boutiste et théâtral de cette version devient assez fun, en fait.

  Vous-ne-savez-pas-Qui
12-04-15
à 21:04

Re:

Ta comparaison est intéressante, merci !