Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Assurance sur la Mort
--> It's Noirvember!
Walter Neff, courtier en assurance, fait la connaissance de Phyllis Dietrichson, une femme mal mariée à un homme riche mais violent. Walter et Phyllis échafaudent un plan afin de lui faire contracter une assurance-vie avant de le tuer pour toucher le pactole.

Un scénario signé Billy Wilder et Raymond Chandler d'après une nouvelle de James M. Cain, voilà qui a déjà de quoi attirer l'attention bien qu'apparemment la collaboration entre le réalisateur et le créateur de Philip Marlowe n'a pas été un long fleuve tranquille. Le résultat est un film incontournable, dont on connait d'avance le terme puisque l'on débute sur Walter Neff, gravement blessé, enregistrant sa confession. Un peu comme dans Boulevard du Crépuscule du même Billy Wilder bien que le narrateur ne soit pas encore à l'état de cadavre, juste sur le point d'en devenir un. Comment en est-on arrivé là? C'est ce que le reste du film va s'employer à montrer.

Le couple d'associés dans le crime formé par Fred MacMurray et Barbara Stanwyck n'est pas forcément le plus évidement ou le plus glamour. Wilder a eu quelque peine à trouver l'interprète de Walter, son premier choix, George Raft, s'étant désisté, plus occupé qu'il était à vouloir le beau rôle qu'un bon rôle (on se souvient qu'il a laissé la place à Bogart pour des personnages qui allaient faire de ce dernier une star). MacMurray, habitué aux rôles comiques, était donc ici à contre-emploi. Quant à Barbara Stanwyck, elle n'est pas avantagée par sa perruque et hésitait également à incarner une meurtrière. Pourtant, une fois à l'écran, ces deux-là s'avèrent impeccables en intrigants vénaux dont les sentiments l'un pour l'autre ne sont jamais vraiment prépondérants (Walter dit dès le début qu'il "voulait la fille" mais parle-t-il de Phyllis ou de Lola? Quant à Phyllis, elle a des vues sur le copain de sa belle-fille). Pour compléter la distribution, on doit forcément parler d'Edward G. Robinson, alias Keyes, en collègue et ami de Walter qui n'a pas son pareil pour identifier les arnaqueurs et va donc devenir le principal danger pour les conspirateurs.

Le suspense ne repose donc pas ici sur l'identité d'un coupable qui annonce qu'il l'est dès la première scène: la question n'est pas qui, mais comment, comme dirait l'autre: comment le meurtre va avoir lieu, comment Walter et Phyllis laisseront-t-ils suffisamment d'éléments compromettants malgré un plan rusé pour qu'on soupçonne une entourloupe... Le fait que Keyes se mette en quête de la vérité parce que son instinct ne le trompe pas peut paraître bien pratique alors pour confondre des personnages qui au premier abord ont pensé à tout mais on compense largement en développant la relation d'amitié entre Walter et Keyes, au point où le second, pourtant présenté comme infaillible, va tout de même être aveuglé en partie par ses sentiments.

Malgré son astuce ce n'est pourtant pas lui qui va amener les assassins à chuter mais eux-même, comme souvent d'ailleurs dans les films noirs quand ce sont les criminels qui en sont les figures centrales plutôt que les fins limiers: la morale doit forcément être que le crime ne paie pas, non seulement parce que les garants du bon droit font leur travail mais peut-être encore davantage parce que les méchants ont en eux les germes de leur propre destruction et que leur association ne peut finalement amener qu'une trahison. Malgré tout, parce que le film montrait un peu trop en détail les mécanismes du plan de Walter et Phyllis et parce qu'aucun personnage n'est franchement sympathique (même Keyes semble plus motivé par le besoin de ne pas être pris en défaut dans son travail que pour faire triompher le bien), le film eu quelques problèmes avec les ligues de vertus mais rencontra en revanche un succès critique et public.

Comme l'un des films fondateurs du genre, Assurance sur la Mort présente les ingrédients habituels, servis par Billy Wilder de main de maître (et l'on sent qu'il a du se faire plaisir avec les dialogues à double-sens lors de la rencontre entre Walter et Phyllis), avec des acteurs qui pour ne pas être les choix les plus évidents pour leur rôles n'en sont pas moins convaincants.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 22 Novembre 2020, 18:51bouillonnant dans le chaudron "Films".