Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
An Echo in the Bone
--> Outlander 7
Alors que la Guerre d'Indépendance est désormais officiellement entamée, Jamie et Claire quittent Fraser's Ridge réduite en cendre. William, pour sa part, débarque avec les troupes anglaises. Au XXe siècle, Roger, Brianna et leurs enfants tentent de s'acclimater à l'Écosse des années 80.

Pour le septième parpaing de la série, difficile de ne pas répéter plus ou moins ce qu'il y avait à dire du sixième tome: les pages se tournent facilement, et pourtant il y a énormément de gras tant Diana Gabaldon semble vouloir fournir le maximum de détails sur la médecine du XVIIIe, les moins ragoûtants possible de préférence et si l'on peut saluer le travail de recherche, c'est toujours aussi répétitif et n'apporte finalement pas grand chose à part nous dire qu'être malade ou blessé en 1776, ça craignait (quelque part, je m'en doutais déjà).

Ça remue pas mal au niveau familial, on retrouve de vieilles connaissances, on balance quelques vérités, mais à force de voir des personnages se croiser, on finit par avoir l'impression que non seulement le monde est très petit, mais le temps aussi. Pour ce qui est des aventures de Roger et Brianna au XXe siècle, là aussi on peut se demander qu'elle est la pertinence d'y passer autant de temps même si ça se remue un peu vers la fin. C'est d'ailleurs toujours le même problème: à force de se perdre dans le superflu, quand quelque chose d'important arrive, c'est à peine si cela émerge. Ainsi, clignez des yeux un instant et vous aurez du mal à comprendre comment Claire se retrouve mariée à Lord John, une péripétie qui n'est probablement pas censée être anodine mais on n'y accorde finalement relativement peu de pages par rapport à des actions nettement moins importantes.

Bref, la concision n'est pas encore pour cette fois-ci, et ce n'est probablement pas dans les deux tomes suivants qu'on y remédiera, et tous ces allez-retours deviennent de plus en plus lassants.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 21 Novembre 2018, 12:43bouillonnant dans le chaudron "Littérature".