Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Agent Secret
Mrs Verloc, employée dans un petit cinéma possédé par son mari, ignore que ce dernier travaille pour une puissance étrangère et est impliqué dans des actes de sabotage qui perturbent Londres. Verloc est chargé d'une nouvelle mission, bien plus destructrice que les précédentes.

En préambule, il est peut-être bon de faire le point sur le titre. En effet, en 1935, Alfred Hitchcock avait réalisé un film intitulé Secret Agent qui sortit en France sous le titre Quatre de l'espionnage. Un an plus tard, il mit en scène le long-métrage qui nous occupe, Sabotage en version anglaise mais Agent Secret dans la langue de Molière. Bref, il ne faut pas confondre Secret Agent d'Alfred Hitchcock avec Agent Secret du même Alfred Hitchcock. À la décharge des responsables de la version française, Sabotage est adapté d'un livre de Joseph Conrad, The Secret Agent, avec lequel ils devaient probablement vouloir faire le lien.

Quoiqu'il en soit, l’œuvre en question fait partie de la série de films de la période anglaise du réalisateur initiée par la première version de L'Homme qui en savait trop mêlant suspense et espionnage. Malgré un début assez léger entre le public du cinéma demandant remboursement après qu'une coupure de courant ait compromis la séance, les tentatives de Mrs Verloc de leur faire comprendre qu'elle n'en est pas responsable et les interventions malavisées du vendeur de légumes voisin qui n'est pas vraiment ce qu'il parait (ce qui fait passer la pilule d'un comportement très envahissant au début) l'intrigue prend un tour beaucoup plus sombre par la suite.

Au centre de l'histoire se trouve le couple Verloc, campé par Sylvia Sidney (qui des décennies plus tard sauverait l'humanité dans Mars Attacks!) et Oskar Homolka, un des nombreux acteurs germanophones à avoir quitté l'Allemagne nazie puis l'Europe dans le courant des années 30. On ne sait pas exactement comment des époux aussi peu assortis se sont retrouvés ensemble mais on peut spéculer que dans le cas de madame, c'était un moyen d'échapper à la précarité (elle élève son frère pré-adolescent donc ils doivent être orphelins et elle est l'employée de son mari). Quant à Carl Verloc, être marié à une anglaise devait fournir une bonne couverture pour ses activités. Si malgré tout leur vie de famille semble paisible, le manque total de considération de Verloc pour son épouse et son beau-frère sera flagrant dans la dernière partie du film. On en perd du coup en ambiguïté du côté de ce personnage, et c'est un peu dommage.

En revanche, malgré la présence d'un jeune premier représentant la loi et l'ordre, la véritable héroïne est bien Mrs Verloc (un des autres titres du film est The Woman alone d'ailleurs) qui doit faire face à une terrible tragédie tout en découvrant le vrai visage de son mari. On a également droit à une séquence particulièrement marquante quand Stevie, le frère de Mrs Verloc, doit transporter un "colis urgent" pour le compte de son beau-frère (ainsi que des bobines de films, très inflammables et interdites dans les bus, comme on nous le rappelle si l'on n'a pas déjà vu Inglourious Basterds). Le dénouement peut alors paraître, en regard de ce qui a précédé, un peu trop pratique mais sans sentiment de grosse facilité comme dans The Lodger.

Agent Secret a été éclipsé par d'autres Hitchcock de cette décennie comme Les 39 Marches ou Une femme disparait, sans doute plus ludiques et enlevés, mais il ne manque pas pour autant d'intérêt.
potion préparée par Zakath Nath, le Dimanche 10 Mai 2020, 16:52bouillonnant dans le chaudron "Films".