Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Westworld, saison 1
Westworld est un parc d'attraction où de riches visiteurs peuvent s'immerger dans une reconstitution du Far West et côtoyer les Hôtes, des robots perfectionnés qu'il est quasiment impossible de distinguer d'un humain. Ceux-ci commencent néanmoins à développer une conscience.

À l'origine, Westworld était un film écrit et réalisé par Michael Crichton, sorti dans nos contrées sous le titre Mondwest et qui voyait un Yul Brynner reprendre son look des Sept Mercenaires pour camper un proto-Terminator semant la panique dans un parc d'attraction. Jonathan Nolan reprend les éléments de base, mais avec de grandes ambitions dans cette série qui s'ouvre sur une saison de 10 épisodes. Le premier d'entre eux fait forte impression, dans les moyens déployer mais aussi dans les différentes pistes qu'il lance. Certes, le thème de l'intelligence artificielle qui gagne son indépendance, et l'exploitation d'androïdes de plus en plus dérangeantes au fur et à mesure que leurs sentiments se rapprochent des nôtres, n'a rien de nouveau, mais il reste toujours passionnant à explorer.

À cela s'ajoute une belle distribution de laquelle émergent principalement Anthony Hopkins, Ed Harris et Jeffrey Wright, et quelques surprises, notamment dans le premier quart d'heure quand on a encore un peu le film en tête. Bref, tous les ingrédients sont là pour tenir une grande série, mais...

Mais Westworld fait partie de ces œuvres qui empilent les questions à loisir et dont les mystères et la structure alambiquée font craindre, au bout d'un moment, qu'il ne s'agisse que de poudre aux yeux pour masquer des inconsistances béantes. Le fonctionnement du parc, d'ailleurs, n'est jamais très clair. On montre bien que les Hôtes ne peuvent blesser les visiteurs et que selon que l'on soit l'un ou l'autre, les balles font des dégâts ou non. Mais la sécurité n'interviendra pas quand un hôte blessera un visiteur à l'arme blanche, et la violence entre visiteurs n'a pas l'air de poser problème non plus. On ne sait pas trop comment les séjours s'organisent (si on paie pour un certain nombre de jours et qu'une quête s'avère plus longue, que se passe-t-il? Comment un visiteur isolé dans la pampa peut-il faire savoir qu'il veut s'en aller en vitesse... ou qu'il a faim ou soif?). Doit-on croire qu'une technologie pareille n'est utilisée que pour un parc de loisir?

Certaines révélations, de plus, tombent un peu à plat même quand on n'a pas théorisé dessus en amont, ce qui est dommage.

La fin de saison a tout de même le mérite d'apporter pas mal de réponses plutôt que de tout renvoyer à la saison suivante, même si on peut se demander comment on va rebondir après les événements de ce dernier épisode. Et la façon dont les visites fonctionnent plus à la manière d'un jeu vidéo avec plusieurs scenarii possibles avec des PNJ qui commencent à vivre leur vie que d'un parc d'attraction classique est une idée assez séduisante en plus de bien coller à l'évolution de nos loisirs depuis la sortie du film.

Westworld a donc de nombreux atouts et ne manque pas de scènes fortes mais son côté nébuleux pas forcément aussi maîtrisé qu'on aimerait le faire croire empêche de crier au génie. À voir tout de même ce que la suite nous réserve.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 10 Mai 2017, 19:40bouillonnant dans le chaudron "Acteurs".