Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
The Secret of Crickley Hall
Eve Caleigh est heureusement mariée et mère de trois ravissants enfants. Alors qu'elle surveille son fils Cam, avec qui elle partage un lien particulier, elle s'assoupit et il disparait. Quelques mois après, persuadée que son fils est toujours vivant, elle accepte la proposition de son mari de passer quelques temps à Crickley Hall, vieille demeure dans la campagne anglaise, pour se changer les idées. Une fois sur place, elle entend Cam l'appeler. Serait-il ici? Et que s'est-il passé à Crickley Hall en 1943, quand la maison servait d'orphelinat et que les pensionnaires ont tous fini noyé?

La BBC a adapté ce roman de James Herbert en 3 épisodes d'une heure chacun. je n'ai lu que deux livres d'Herbert, et ils m'ont tous deux laissés une impression déplaisante. Je ne peux pas reprocher à un auteur de livres d'épouvante de me faire frissonner et de me dégoûter, ceci dit, mais bon, ce que j'ai lu n'est pas ma tasse de thé. À la vision de la série, j'ai trouvé le contenu assez soft et renseignement pris, l'adaptation édulcore énormément le bouquin. Les lecteurs ont de ce fait assez peu apprécié, ce qui est compréhensible, mais de mon côté ça m'a permis de suivre une histoire sans doute plus dans les cordes.

Le résultat est donc une histoire de maison hantée très classique (j'ai notamment pensé à L'Orphelinat où on avait également le thème de la perte d'un jeune enfant et une mère prête à tout pour le retrouver), mais avec une ambiance bien posée, et servie par d'excellents acteurs (cela fait plaisir de voir Maisie Williams dans un autre rôle qu'Arya, et elle a toujours autant de caractère). Douglas Henshall, dans le rôle d'Augustus Cribben, le directeur du pensionnat en 1943, est particulièrement marquant. On passe de façon fluide du présent, où Eve et sa famille tentent de retrouver Cam et découvrir quel est son lien avec Crickley Hall et ce qui est arrivé pendant la guerre, où on suit la jeune institutrice Nancy essayant de protéger les orphelins des terrifiants Cribben.

Il y a néanmoins des coïncidences un peu grosses, des éléments qui restent dans l'ombre, et une résolution du problème (si tant est qu'il soit définitivement résolu) un peu facile (à la limite de la nunucherie).

J'ai trouvé dommage que certains éléments soient sous-exploités, notamment du côté des méchants, où l'on voit qu'on essaie d'apporter des nuances, mais on reste en surface. Je n'ai jamais réussi à vraiment plaindre Maurice même si on essaie d'expliquer sa conduite, et du côté de Cribben on a une occasion manquée. Sa sœur laisse entendre qu'il est le plus courageux de tous mais même si on voit qu'il souffre on n'a pas vraiment l'occasion d'entrapercevoir qu'il a été autre chose qu'une brute. On laisse supposer un moment qu'un accident l'a rendu ainsi, mais quand la jeune Nancy enquête à Londres, il semblait déjà maltraiter les enfants avant. En l'état, les Cribben sont de bons méchants, et Douglas Henshall parvient à laisser percer une certaine tristesse derrière sa cruauté (notamment dans sa toute dernière scène), mais c'est frustrant.

Du coup, cela reste à l'état d'histoire de fantômes relativement peu originale mais agréable à suivre avec une enquête prenante, quelques sursauts, et un méchant avec une bonne gueule. Pour une soirée d'Halloween avec des amis pas trop blasés par des tonnes de métrages du même genre et un peu impressionnables ou prêts à jouer le jeu, ça peut faire un bon programme.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 10 Décembre 2012, 22:21bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".