Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
Sherlock, saison 4 épisode 3: The Final Problem
--> Spoilers!
Sherlock, Mycroft et Watson ont de quoi se faire du soucis après que la personne qui pourrait être leur plus grand adversaire ait pu commettre des crimes quand l'aîné des Holmes jure qu'elle est sous les verrous dans une prison haute sécurité et qu'elle n'en a pas bougé. Seul moyen d'en avoir le cœur net: se rendre sur place.

Dans les précédents épisodes, Moriarty pouvait être considéré comme l'opposé et en même temps le double maléfique de Sherlock. Ce que celui-ci aurait pu être s'il avait consacré son intelligence à commettre des crimes plutôt que les résoudre pour tromper son ennui. On passe à l'étape supérieure maintenant que la révélation de l'épisode précédent nous a offert un membre de la famille Holmes mettant son intellect au service du mal. Comme l'on pouvait s'y attendre d'un personnage censé surpasser les déjà bien plus grands que nature Sherlock, Mycroft et Moriarty, le résultat est totalement over-the-top, bien peu vraisemblable et pourtant ce n'est pas forcément une mauvaise chose.

Pour le dernier épisode de la saison, qui pourrait bien être le dernier de la série et marque en tout cas la fin d'une ère, Mark Gatiss et Steven Moffat ont tout simplement poursuivi leur boulot de relecture des récits de Conan Doyle en poussant le curseur au maximum ou presque. Les spectateurs rêvant d'un retour à l'ambiance des premiers épisodes en seront pour leur frais. Les scénaristes paraissent vouloir s'amuser au maximum avec leur bébé avant de lui dire adieu plutôt que d'offrir au public ce qu'il veut, ou en tout cas à la partie du public qui fait entendre les voix les plus discordantes depuis un moment déjà. Si on en a pris son parti, cette conclusion se révèle tout à fait amusante, avec ce qu'il faut d'émotion, mais à l'image de toute la série et malgré les ambitions de celle-ci, on aurait tort de la prendre avec plus de sérieux qu'elle ne le mérite.

En 1h30, on nous offrira donc une introduction en forme de film d'horreur avec un Mycroft armé d'un parapluie/canne épée/pistolet aussi cool qu'inutile, des jeux avec les nerfs, des déductions (un peu) avec l'énigme des trois Garrideb et des retournements de situation totalement exagérés laissant penser que certains personnages ne se contentent pas d'avoir une intelligence supérieure, mais également des super-pouvoirs. Néanmoins, au milieu de cet apparent n'importe-quoi assumé, on nous offre des résolutions à des éléments courant pour certains depuis la saison 3, pour certains plus anciens: le "retour" de Moriarty ou Redbeard, notamment, et parfois dans des domaines plus légers (le prénom de Lestrade. Il y a des passages prévisibles ou qui sans l'être, amènent une révélation qui quand elle arrive ne surprend pas (la petite fille dans l'avion).

C'est néanmoins quand on laisse les personnages développer leurs relations que l'épisode prend toute sa dimension, même à travers des scènes aussi téléphonées que l'épreuve où le héros doit choisir qui sacrifier entre les deux personnes dont il est le plus proche. De ce côté-là, et alors qu'on pensait que tout avait été dit, la série se montre toujours efficace et l'émotion se fait sa place au milieu des scènes plus tape-à-l’œil.

Le mot de la fin, qui reste à Mary, laisse entrevoir une équipe prête pour bien de nouvelles aventures. Mais si celle-ci n'arrive jamais, ou si la pause se prolonge bien au-delà des deux ou trois années traditionnelles, The Final Problem fait office de conclusion tout à fait satisfaisante.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 16 Janvier 2017, 14:57bouillonnant dans le chaudron "Sherlock Holmes".


Ingrédients :

  Persis
Persis
22-01-17
à 00:03

Je viens de lire ta recension.
Personnellement le premier mot qui m'est venu à l'esprit c'est "boring".
En commentaire, j'ajouterais "too much".
Comme tu l'as dit justement, ceux qui s'attendent à revenir à l'ambiance du début en sont pour leur frais. Je suis du lot.
Si la série se termine là, j'ai vu les deux épisodes de trop.