Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
National Treasure
Paul Finchley, acteur comique et visage familier du petit écran britannique depuis des décennies, est apprécié de tous. Jusqu'à ce qu'une plainte pour viol soit déposée, bientôt suivie d'autres. Les avocats s'emploient à pointer les contradictions des plaignantes, la presse se repait du scandale, les proches de Finchley le défendent mais commencent à se poser des questions... Quant à lui, il clame son innocence mais son passé est bien moins net que son image publique le laissait supposer.

Régulièrement éclate publiquement une affaire de ce type: un artiste adulé est mis en cause pour des actes condamnables, ont a tendance à taxer bien vite les plaignant(e)s d'agir par intérêt financier, besoin d'attention ou mythomanie pour oser égratigner le mythe et gare si en explorant leur passé on découvre qu'on n'est pas en face de parangons de vertu, cela ne fait que confirmer les soupçons. De l'autre côté de la balance la presse caniveau se réjouit d'accoler un visage connu à des événements crapoteux et sous couvert de dénoncer une injustice ne cherche finalement qu'à vendre du papelard. Récemment, la Grande-Bretagne a notamment été secoué par les révélations sur Jimmy Savile et National Treasure tout en s'attaquant à un cas un peu différent, y fait explicitement référence.

Les quatre épisodes se concentrent essentiellement sur Paul Finchley, sa femme et sa fille. Dans le rôle principal, Robbie Coltrane est excellent, et son choix est particulièrement pertinent. Interprète du rôle d'Hagrid dans les adaptations de Harry Potter c'est un acteur auquel on est facilement attaché mais il parvient sans peine à laisser apparaître les zones d'ombre de son personnage, à le montrer traqué par son passé qui refait surface tout en le rendant inquiétant.

Julie Walters fait également un excellent travail dans le rôle de son épouse, qui ayant pardonné ses écarts de conduite pendant des années, estime savoir jusqu'où son mari peut aller mais dont on se demande vite si la loyauté, en devenant de l'aveuglement, ne tend pas à la complicité. Andrea Riseborough est aussi très bonne dans le rôle de leur fille Dee, mais j'ai trouvé particulièrement intéressant le personnage de Karl, comparse du duo comique formé avec Paul. Comme avec Coltrane, le choix de Tim McInnery est tout indiqué puisque l'acteur, comme son personnage, a d'abord été associé à des rôles comiques auprès de personnalités populaires grâce à sa participation à Blackadder avant de se tourner vers des rôles plus dramatiques. Dès le début, on ressent entre Paul et Karl une rivalité derrière les sourires et les plaisanteries, et en même temps la loyauté de Karl, loin de rassurer, donne plutôt à laisser penser qu'il pourrait essayer de couvrir sa propre conduite, pas forcément glorieuse.

En se concentrant sur Finchley et son entourage et la façon dont ils sont affectés par les événements, on voit de ce fait moins les plaignantes, mais on expose (dans une confrontation entre l'une d'elle et l'épouse de Paul) ce qui peut être leur motivation de parler après tout ce temps. Les scènes où les avocats parviennent à trouver des failles dans leur récit, loin de donner un sentiment de victoire à l'idée que le personnage principal pourrait être innocent, secouent par leur froideur et le dernier épisode a le bon goût de ne pas laisser le spectateur dans le doute face à ce qui a bien pu se passer.

Malgré la qualité de l'interprétation, de l'écriture et de la mise en scène (confié au responsable d'Utopia dont on reconnait le style bien particulier quoique moins poussé et pop), il y a néanmoins quelques maladresses, en particulier la fin du deuxième épisode qui n'aura aucun impact lors du procès, ce qui est un peu étonnant.

Mais l'ensemble, se colletant qui plus est à un sujet difficile, est de haute tenue bien qu'éprouvant à suivre par moment.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 21 Novembre 2016, 13:42bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".