Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Harry Potter, analyse du personnage

Bon, entre les articles sur Rogue, Sirius, Lupin, les analyses sur les doubles et les jolies photos de quidditch, je n'avais toujours rien écris sur le personnage central de la saga Harry Potter, qui n'est autre, vous avez deviné, qu'Harry Potter.

Harry Potter a tout du petit héros à la Dickens: orphelin, maltraité par son oncle, sa tante et son cousin, sans amis... Harry nous joue les Cosette version surnaturel jusqu'à ce qu'il apprend être un sorcier, mondialement célèbre qui plus est.

Une fois à Poudlard, notre ami découvre qu'il est un sorcier plutôt doué (même si pas autant pour les études qu'Hermione), un génie du quidditch (car il a hérité des talents de son père), etc... Il lui arrive toute sorte d'aventures dont il se sort toujours brillamment (au début en tout cas) et même s'il bénéficie de l'aide de ses amis et de la protection des principaux professeurs de l'école (à part ceux qui veulent le tuer, bien sûr) c'est toujours lui qui se retrouve en face du grand méchant Voldemort à la fin (à part dans le 3, le 5 et le 6).

Tout ça pour dire que Harry, jusqu'au cinquième tome où il semble entrer d'un seul coup d'un seul dans l'adolescence, parait un peu trop lisse et parfait. Mais il serait faux de croire que les défauts de sa personnalité mis en lumière dans le tome 5 apparaissent comme par magie (si je puis dire): ils sont bien présents depuis le début, mais sont plus en évidence du fait de l'énervement de Harry. Voyons ça de plus près:

La curiosité: Harry est un curieux, on le sait. Il s'intéresse toujours à ce qui semble le dépasser, mais comme à chaque fois cela le concerne ou concerne Voldemort, on peut le comprendre. Cependant... La scène où Harry s'introduit dans les souvenirs de Rogue n'est pas la première fois où Harry fait preuve d'une curiosité vraiment trop mal placée. Au moins, à ce moment là, il ne le fait que parce qu'il pense que Rogue lui cache des choses sur ses rêves, et non parce que la vie privée de Rogue l'intéresse. Mais souvenez-vous, dans le tome 2, lorsque Rusard l'emmène dans son bureau, puis doit s'absenter. Harry, pas plus gêné que ça, se met à lire la correspondance du concierge. Ici, rien n'excuse un acte pareil: il ne menait pas une enquête où Rusard était suspect, par exemple.

L'arrogance: Harry n'est pas arrogant de la même manière que James l'était. Contrairement à son père, il ne joue pas les stars et rêve au contraire de discrétion. Mais arrogant, il l'est quand même. Dans le tome 5, on le voit jouer les adolescent incompris, se plaindre d'être laissé à l'écart après tous ses exploits. Être préfet ne l'a jamais intéressé, mais que Ron soit nommé et pas lui, et tout de suite, il considère cela comme une injustice... Il croit savoir mieux que les adultes ce qui est bon pour lui, n'écoute aucun conseil... Évidemment, c'est un adolescent en pleine crise, avec une pression supplémentaire, qui plus est. Mais dès le premier tome, Harry prend tout sous son bonnet: la pierre philosophale, la recherche de l'Héritier de Serpentard... Tout plutôt que de parler de ses ennuis à Dumbledore, alors que celui-ci montre dès le départ qu'il est à l'écoute, compréhensif, et compétent. Bien sûr, le directeur lui laisse la bride sur le cou, pour des raisons qui ont aussi des avantages (Harry n'aura pas toujours Dumbledore pour l'aider) mais bon...

En ce qui concerne Rogue: ce dernier lui sauve la vie, mais est-ce qu'Harry prendra la peine de le remercier? Non. Même si Rogue ne faisait que rembourser une dette (mais il essaie encore par la suite de protéger Harry) notre héros aurait quand même pu se fendre d'un "merci". Là, on a l'impression qu'il considère que cela lui était dû. Bien évidemment, Harry a des circonstances atténuantes: il est difficile de présenter des remerciements à quelqu'un d'aussi odieux envers lui. Mais ça ne va pas convaincre Rogue qu'Harry est plus humble que James.

L'injustice: comme tout le monde, Harry est incapable d'être objectif. Ainsi, dans le tome 4, il ne cesse de considérer Cédric comme un bellâtre sans cervelle, alors qu'au fond de lui, il sait très bien qu'il n'en est rien. Mais Cédric, pour une fois, réussit là où Harry échoue: il l'a battu au quidditch (même par accident), il sort avec Cho, il est plus beau, plus populaire... Bref, Harry rechigne à reconnaître ses grands mérites, même quand ils sautent aux yeux...

Ajoutons à ça que si Harry libère Dobby pour le remercier de l'avoir aidé, le sort des elfes ne le préoccupe pas plus que ça. Il n'aime pas les voir maltraités, mais sans plus. Notre sorcier bien-aimé tolère donc l'esclavage.

Ensuite, il y a son lien avec Voldemort, qui le pousse presque à attaquer Dumbledore dans le tome 5. Mais il n'est pas responsable de cela, et ensuite, cela n'affecte pas sa personnalité réelle...

Dans le tome 6, on voit, par la façon dont il gère la mort de Sirius, qu'il a beaucoup mûri. Considéré plus comme un adulte qu'un enfant par Dumbledore, il souffre moins d'un sentiment d'injustice. Mais ses défauts sont toujours présents: confiance absolue en quelqu'un qui ne connait pas, alors qu'il a vu le résultat avec le journal de Tom, sa façon d'utiliser les maléfices du Prince pour se moquer de ceux qu'il n'aime pas (Crabbe et Rusard) ce qui ne le rend pas si différent de son père, inconscience en utilisant ses sorts pour voir leur effet sans réfléchir aux conséquences... Harry n'est pas encore un adulte raisonnable, mais son attitude à la fin, montrant qu'il a compris qu'il n'y a plus d'adultes derrière qui se réfugier et sa volonté de prendre ses responsabilités, est une étape décisive dans son évolution.

Tout ça pour dire qu'Harry Potter est loin d'être un petit ange, et que même s'il a des qualités indéniables, courage, loyauté, etc, il a sa part d'ombre... Comme tous personnages qui vaillent qu'on s'intéressent à eux!

 

potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 14 Mars 2005, 16:09bouillonnant dans le chaudron "Potterverse".


Ingrédients :

  camilloucast
camilloucast
15-03-05
à 19:22

C'est le cas de le dire...

Tout ce que je pense dans un article...c'est parfait ça!!;-)