Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath
The Shannara Chronicles, saison 2 (2)
Lundi 27/11 22:21 - Zakath-Nath
Ça - Chapitre Un (3)
Vendredi 22/09 12:04 - Escrocgriffe

Potion précédente-Potion suivante
Coram Boy
Alexander est l'héritier d'un riche domaine, mais au grand déplaisir de son père seule la musique l'intéresse. Meshak est le fils attardé d'Otis Gardiner, un homme qui compte faire fortune en promettant de conduire des enfants abandonnés dans un orphelinat fondé par Thomas Coram contre de l'argent... et tant pis si les orphelins n'arrivent pas à destination.

Ce roman destiné à la jeunesse a visiblement connu un certain succès, puisqu'il a été primé et a même eu droit à une adaptation au théâtre. Néanmoins, je suis un peu déçue. C'est un bon livre qui se penche sur le sort des orphelins au XVIIIe siècle et de l'importance de l'orphelinat fondé par Coram à l'époque puisqu'on y prenait soin des gamins, ce qui était un concept visiblement révolutionnaire à l'époque, ça se lit bien, mais c'est un peu trop linéaire et parfois rapide. En fait j'avais un peu l'impression de lire du Dickens-light: le roman est divisé en deux parties avec une ellipse de neuf ans entre les deux, et les événements de la seconde découle naturellement de ce qui s'est passée dans la première. Le problème c'est que la deuxième moitié du livre est très prévisible et le dénouement parait facile, car on a un temps d'avance sur tous les personnages. Chez Dickens, on se passe de ce premier acte et on découvre les secrets des différents personnages au fur et à mesure que le passé refait surface, ce qui fait qu'on passe sur l'aspect énorme et bien pratique de certaines rencontres. De plus, la fin est trop rapidement expédiée pour susciter beaucoup d'émotion. Ce n'est pas un mauvais livre du tout mais il aurait mérité d'être un peu plus développé.
potion préparée par Zakath Nath, le Mercredi 26 Mars 2014, 11:58bouillonnant dans le chaudron "Littérature".