Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
The Great God Pan (2)
Jeudi 06/09 07:21 - Zakath-Nath
Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, saison 2 (2)
Lundi 30/04 18:01 - Zakath-Nath
La Partie de Chasse (2)
Mardi 13/02 14:02 - Zakath-Nath
La Nuit de la Louve (2)
Dimanche 21/01 12:47 - Zakath-Nath
Doctor Strange (4)
Lundi 01/01 12:33 - Zakath-Nath
La Louve et l'Enfant (2)
Jeudi 11/01 11:23 - Zakath-Nath
Doctor Who Christmas Special 2017: Twice Upon a Time (2)
Jeudi 04/01 17:37 - Zakath-Nath
Déracinée (2)
Mercredi 03/01 18:53 - Zakath-Nath
Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi (2)
Samedi 23/12 18:42 - Zakath-Nath
The OA, saison 1 (2)
Samedi 23/12 17:41 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Comparaison Harry Potter/Young Sherlock Holmes

Ceux qui ont l'habitude de fréquenter ce lieu de perdition qu'est Chaudron Bouillonne savent quelle opinion j'ai de Chris Columbus en tant que réalisateur et ce que je pense des Harry Potter qu'il a mis en image. Pour les autres, en résumé: réalisation plate et absolument aucune compréhension de l'esprit de l’œuvre au profit d'une illustration laborieuse du texte. Mais ce n'est pas ça le plus rageant, car après tout, même si j'ai tendance à taper sur ces deux films et à monter aux nues le suivant, ils restent quand même plaisants à regarder, surtout grâce à quelques-uns des acteurs et parce qu'à la base, le monde et l'histoire sont plus que sympathiques. Alors qu'est-ce qui est le plus rageant?

Avant d'être un réalisateur à classer dans la rubrique faiseur plein de bons sentiments, Chris Columbus était scénariste. Et dans la rubrique, scénariste pour divertissements familiaux, il se défendait pas mal, et même très bien. Gremlins, Les Goonies, Le Secret de la Pyramide (Young Scherlock Holmes) c'était hautement recommandable: drôle, grand public sans prendre les gamins pour des imbéciles, émouvant sans tomber dans la guimauve (rien à voir avec la scène finale d'HP2, quoi). Et c'est surtout de Young Sherlock Holmes dont je veux parler, parce qu'alors que le film a été réalisé en 1988 par Barry Levinson, l'esprit du film était bien plus proche de ce qui allait être les Harry Potter de JKR que les adaptations qu'a pu en tirer Columbus par la suite. Regardez donc:

Le film met en scène un trio d'adolescents: deux garçons et une fille.

Un des garçons est spécial et ce don le rend célèbre dans l'école, mais pas forcément apprécié de tous. Ici, il s'agit d'Holmes et de ses capacités intellectuelles phénoménales. Dans Harry Potter, c'est Harry et le fait qu'il ait survécu à un sortilège mortel.

Le héros a un comparse fidèle et loin d'être stupide, mais forcément plus lent et maladroit. Dans Harry Potter, c'est Ron Weasley, ici, il s'agit de John Watson (qui dans ce film ressemble à un Harry Potter ayant forcé sur la boustiffe).

La fille est la voix de la raison dans le groupe. Dans Harry Potter, c'est Hermione, ici, c'est Elizabeth Waxflotter. Même si elle ne semble pas aussi intelligente (à côté de Sherlock, de toute façon...) elle soutient Holmes dans ses enquêtes.

Tout cela se passe dans un pensionnat britannique chic et sévère (certainement quelques décors en commun avec les films HP) aux élèves portant les couleurs de l'établissement:

Réfectoire avec table des profs:

Et tables des élèves:

Le vieux profs gâteux et chiant: Binns dans Harry Potter, ici, un prof de chimie:

Bibliothèque:

Le rival d'Holmes, qui lui lance des défis et cherche à le faire renvoyer, est un blond soigneusement coiffé, avec un teint pâle, riche et snob. Non, il ne s'appelle pas Drago, mais... Dudley!

Il est d'ailleurs toujours entouré de deux ou trois sous-fifres sans personnalité mais qui semblent de son milieu.

Au niveau des profs, maintenant.

L'un d'eux, Mr Snelgrove (le prof de potions, pardon, de chimie) est carrément hostile à Holmes, le jugeant trop narcissique, critiquant le fait qu'il se donne en spectacle (la scène où Holmes doit résoudre l'énigme lancée par Dudley en retrouvant le trophé d'escrime que ce dernier a caché. d'ailleurs, Holmes est un escrimeur émérite, et Dudley semble en être jaloux. Escrime= quidditch?). L'infirmière lui demande à un moment s'il n'a pas oublié ce que s'amuser veut dire, et il est par ailleurs un des plus avide à faire renvoyer Holmes lorsque celui-ci est accusé de tricherie aux examens (Dudley étant plus habile dans ses stratagèmes que Drago!). Snelgrove= Rogue, les côtés positifs en moins.

Un autre professeur, Rupert T. Waxflotter, est un vieux retraité et le mentor de Holmes. C'est accessoirement un génie que tout le monde juge un peu fou. Quelqu'un a pensé à Dumbledore?

Naturellement, le prof qu'Holmes prenait pour son allié, Rathe, un brun ténébreux plutôt sexy, se révèle être en fait le méchant de l'histoire.

C'est le maître d'armes du collège et dans une scène de cours, il reproche à Holmes de faire fi de la discipline et de se laisser dominer par ses émotions "ne jamais remplacer la discipline par les émotions" conclut-il. Bref, un vrai cours d'occlumancie.

Rathe a donc un peu de Rogue en lui, mais contrairement à Rogue qui hait Harry, Rathe a de la sympathie pour Holmes (jusqu'à ce qu'il voit en lui une menace). On peut voir en lui un côté Croupton Jr/Maugrey, et bien sûr Voldemort: lors d'un duel, il blesse Holmes au visage (accidentellement). Holmes va garder pendant toute l'histoire cette cicatrice, pourtant une simple égratignure, mais qui ne guérit jamais vraiment... Sauf une fois Rathe apparamment mort. Ce n'est pas aussi marquant qu'une cicatrice en forme d'éclair mais tout de même.

Enfin, Rathe, dont le vrai nom était en fait Ehtar, passe pour mort, mais ne l'est pas et adopte un nouveau nom: Moriarty, le génie du mal et la Némesis de Sherlock Holmes...

Il vous en faut encore? Si Harry doit lutter contre l'incompréhension des bureaucrates du Ministère de la Magie, Fudge en tête, Holmes a fort à faire pour convaindre Lestrade, ici présenté comme un détective médiocre et mesquin, que quelque chose de maléfique se prépare.

En plus de ça, Holmes se retrouve un moment en disgrâce au sein de l'école, se fait surprendre en pleine nuit par un prof dans un endroit de l'école où il n'a rien à faire, mais par ses exploits regagne son honneur et sa place dans le collège. Il y a également des pertes tragiques, rendant le héros plus adulte et amer, mais prêt pour de nouvelles aventures.

Bref, Young Sherlock Holmes fait partie des précurseurs non-officiel d'Harry Potter, au même titre que L'Ile du Crâne, par exemple. Bien sûr, chacun de ces éléments, pris séparément, est plutôt anodin (les deux s'inscrivent dans un genre d'histoire de pensionnats avec des sources communes) mais l'accumulation est assez amusante. Alors voilà ce qui me navre le plus dans cette histoire: Young Sherlock Holmes est le meilleur Harry Potter sur lequel Chris Columbus a bossé (sauf si on prend en compte qu'il a en partie produit HP3).

potion préparée par Zakath Nath, le Mardi 15 Août 2006, 02:38bouillonnant dans le chaudron "Potterverse".


Ingrédients :

  Smaelle
Smaelle
15-08-06
à 12:01

Ouah ! Pas mal ! Franchement je n'avais jamais entendu parler de ce film ! Mais il a été fait avant l'écriture d'HP et Colombus a quand même du suivre l'intrigue de JKR, je me demande si elle l'a vu ! D'un autre coté pour sa propre interprétation il a peut-être justement pas voulu refaire la même chose.

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
15-08-06
à 12:06

Re:

En fait, je lui reproche surtout de ne pas avoir su capturer l'esprut des bouquins. Le scénar des deux premiers HP colle trop au livre, mais ce n'est pas lui qui l'a écrit, après tout... C'est juste que ça faisait trop américain et pas assez british (alors que dans Young Sherlock Holmes, beaucoup plus) et que la réalisation était trop lourde et molle pour faire passer la magie. On insistait trop sur le "attention, regardez, c'est magique!" alors que dans les deux suivants, c'est une partie du décor et c'est donc plus naturel.

Sinon, le Secret de la Pyramide, c'est vraiment très bon... C'est peut-être facile de se dire que si Columbus s'était contenté d'écrire les scénarios d'HP et que la réalisation avait été confié à des gens qui aient à la fois le sens de l'image et du rythme ç'aurait été mieux, mais je peux pas m'empêcher d'avoir cette impression.


  Margaux
15-08-06
à 15:05

Mais comme je suis tellement d'accord avec toi! Les filmes de Harry Potter m'ont plu sur le moment, mais franchement, ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable!
Le problème avec les films pour enfants de nos jours, c'est que l'industrie du cinéma prend les enfants pour des cons et ne se met pas à leur niveau. Dans la vraie vie, les gosses cherchent toujours la merde, jurent, font tout plein de bêtises etc. Quand on regarde un film comme les Goonies, et qu'on compare avec Harry Potter, y a pas photo! Dans les Goonies, des gamins d'a peine 12 ans déconnent sur la drogue (scène mythique avec Bagou qui parle espagnol) et sur le sexe, jurent comme des charretiers, et se comportent comme de vrais gamins. Voila pourquoi ce film fait encore fureur chez les enfants!
Enfin bon, le cinéma qui s'addresse aux enants est entré depuis environ 7 ans dans une nouvelle phase dégoulinante de niaiserie. Franchement, c'est pour cette raison que j'ai détesté Narnia. Trop lisse, trop guimauve... Enfin, heureusement qu'il y a des films comme Pirates des Caraïbes ( qui a mon avis s'inscrit dans la lignée de ces films de notre jeunesse) pour remonter un peu le niveau!

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
15-08-06
à 15:16

Re:

Tout à fait d'accord. En regardant les deux premiers HP, j'avais pas l'impression de voir des enfants (où alors des enfants type Club des Cinq, quoi, rien de réaliste). Dans HP3 et HP4, il y avait un progrès à ce niveau, sauf que ça ne comptait pas, vu qu'ils sortaient de l'enfance pour devenir des ados, et c'est de là que vient ce changement...

Et Narnia m'a posé le même problème (bon, le bouquin à la base a le même défaut). Franchement entre les deux productions Disney importantes de cette année, Narnia et Pirates des Caraïbes, y'a pas photos pour savoir lequel est le plus joussif (entre celui où quand on embroche un loup on ne salit même pas son épée et celui où dès les dix premières minutes un type se fait becquetter l'oeil par un corbeau...)

En fait Pirates des Caraïbes me rappellent les Indiana Jones: le genre de film qu'on découvre en primaire et au collège, qui a des scènes un peu dégueux sans trop forcer, mais c'est justement ça qui impressionne sans traumatiser pour autant.

Et parfaitement d'accord pour les Goonies, on avait l'impression de voir des vrais garçons de 12/13 ans, qui ne pensent qu'au cul et sont grossiers, pas des espèces de modèles de conduite qui donnent l'impression d'avoir été inventé par des gens qui ont complètement oublié à quoi ressemblent un gamin et s'imagine que c'est une créature pure, innocente et gentille...


  Margaux
15-08-06
à 17:25

Re: Re:

mouhahaha! tellement d'accord pour la comparaison de niveau de gore entre Pirates et Narnia! c'est d'ailleurs justement ce qui a été reproché à Pirates des Caraïbes par certains de mes amis: un mauvais équilibre entre le sérieux (les relations entre personnages, la fin, les scènes genre bequettage d'oeil) et l'humour. Personnellement, cela ne m'a pas gêné, je trouve justement que cela fonctionne bien, tout le monde trouve son compte dans pirates des Caraïbes, un peu comme Indiana Jones...
Franchement, il y a tout un monde entre Narnia et Pirates des Caraïbes. Le plus disney des deux est vraiment Narnia, et j'ai presque de la peine à croire que Disney est derrière Pirates des caraïbes! Je me disais justement, en voyant le premier Pirates, que Disney s'était enfin mis au gout du jour, avait enfin évolué et ne se cantonnait plus à produire des dessins animés gnangnans. Je me réjouissais trop de voir Narnia, mais alors, qu'est ce que j'ai été déçue! Franchement, je m'attendais à une sorte de Goonies vs Seigneur des Anneaux et je me retrouve devant un film qui fait paraître Taram et le Chaudron Magique pour un film gore et trash...
En même temps, quand j'ai su que c'était un gros fanatique religieux qui avait écrit ces histoires pour rendre la Bible plus accessible aux gosses, j'ai compris.
J'ai l'impression que l'industrie Disney est scindée en trois: il y a les types qui veulent faire évoluer les choses (Pirates des Caraïbes), les types qui perpétuent la tradition du dessin animé en les modernisant sous toutes les coutures (pixar), et les gros conservateurs, qui sont restés coincés à l'ère de Bambi (Narnia, et toutes les suites à deux balles des grands dessins animés)...

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
15-08-06
à 17:34

Re: Re: Re:

A propos de Pirates, faut dire que c'est plus du Bruckeimer que du Disney (je déteste les autres productions Bruckeimer, soit dit en passant, ainsi que le bonhomme. Mais faut lui accorder qu'il a cru au projet et s'est bien investi dedans). Les films sont un produit Disney à cause de l'attraction, mais Disney pensait que le premier ferait un four, n'a pas arrêté d'essayer d'imposer des limites, et quand le film a été classé PG-13 aux USA ils ont refusé de mettre leur logo en début de film (évidemment, comme ça a été un succès, ils ont mis leur joli logo au début du 2...). C'est sans doute ce qui explique que l'esprit soit assez différent.

Moi non plus, je n'ai pas trouvé le mélange humour/violence mal dosé.A la limite on peut trouver que certaines situations tragiques sont trop vite désamorcés par un gag, mais encore...

Pour Narnia, en général ça ne me dérange pas quand il y a une symbolique chrétienne (parce que si on la cherche on la trouve quasiment toujours) mais là c'était pas vraiment subtil. Même Tolkien, lui aussi chrétien convaincu et ami de l'auteur, n'aimait pas Narnia justement à cause de ça, c'est dire (parait qu'il y a aussi une symbolique chrétienne dans le SdA, mais alors là, franchement, je ne trouve pas que ça saute aux yeux, du coup tout le monde peut apprécier). Et l'Armoire Magique, c'est même pas l'épisode où elle est la plus évidente.


  Margaux
15-08-06
à 18:12

Re: Re: Re: Re:

tiens, moi aussi, j'ai vraiment de la peine avec les productions Bruckheimer, mais là, il faut dire qu'il a eu du flair!
Et pour la symbolique chrétienne dans les films, je suis d'accord que ca peut se retrouver très souvent, parce qu'une majorité les histoires, contes, légendes du monde occidental sont liés d'une manière ou d'une autre à la chrétienté. Mais au final, il faut vraiment creuser pour trouver le lien! Du moment que les films en question n'en font pas la propagande, ca ne me dérange pas!

  Arianrodh
Arianrodh
18-08-06
à 04:13

Re: Re: Re: Re: Re:

j'ai vu le secret de la pyramide il y a des années, en plus d'etre l'un des tout premiers films a effets speciaux digital (CF. le moment dans l'eglise si je ne m'abuse), il est vrai que cela ressemble beaucoup a Harry potter, mais il faut aussi se dire que La serie de JK a un fil tres semblable et mythique propre au serie, et aventures pour enfants:

Ingrediant:
Enfant orphelins ou avec parents absent, un mentor (yoda powa), des amis fidele, une famille de substitution (ou retour de la famille a la fin), le traitre, l'enemi mortel, le rival, le ronchon (rogue?), le maitre noir/mentor negatif (Rogue?), ....

La plupart des oeuvres comporte quasi ces ingredient, mis dans un certain ordre.

Donc normal qu'on les retrouve dans young scherlock holmes.

Pour ce qui est de chris colombus, pour moi son apogée a été "le mystere de la pyramide, les goonies et gremlins", parce que ces trois films comportent un caractere sombre, ou des traits enfantins traversent les tenebres,

@ Margaux: Erreur, les legende existante aujourd'hui ne sont pas chretienne, mais plus anciennes, elle remonte aux legendes celtes, romaines et germaines (peuples germains).
Les chretiens (c une communauté religieuse, pas un peuple, qu'on se le disent) n'ont fait que remettrent a leurs sauce ce qui existaient jadis, et rien d'autres:

La cité d'IS, les legendes concernant les vampires, qui datent des grecs, les fils d'Emon ou le cheval est une representation d'un guide spirituel propre au chamanisme celtes, les legendes des dames blanches, certaine saintes,St brigitte par exemple qui est la relecture de la deesse Bhrighit, tres prisée par les celtes, les legendes sur les berger transformés en pierre, et une derniere, celle des animeaux saint, qui proviennent en fait de taboux celtes: les chevaux, les cerf, les sangliers, ....etaient considérés comme etant des guide spirituel, halloween est la personnification du nouvel an celtique: Samain, le deguisement, a l'origine servait a faire fuir les Syd ou les mauvais esprit, et permettre au terre de renaitre pour le printemp: les coutumes de bruler l'homme de paille, celle de sauter au dessus d'un feu, les citrouilles a l'origine des betteraves creusées,... tout ca a une origine celtiques ou germains, importées par les Irlandais par exemple en Amerique!

En allemagne, certain village on conservé ces visions tres anciennes, un gars deguisé en betes, fouettent les gens avec une branche, pour chasser les "demons" (syd), St nicolas, a l'origine etait cela, c avec le temps qu'il est devenu un saint normal et qu'on a dissocié sont image avec celle du pere fouttard, et puis qu'on l'as transformé en pere noel (c plus vendeur).

On retrouve ce genre de legende dans diverse villes, leurs creation par exemple, et ainsi de suite, les chretiens n'ont rien inventé, ils on piqué les idées, repris ce que les romains avaient simplement assimilés.

Dsl pour le cours, mais je rectifie une erreur souvent commune.

SDA: Tolkien a retranscrit une epoque, une vision: celle du haut moyen age et son bouquin a été fortement influensé par ce que Tolkien connaissait le mieux: la periode ou le christianisme et l'obscurantisme etait le plus hauts, periode de l'invention litteraire de l'amour courtois.
Hors son bouquin, le SDA, est en tout point exact a un livre de cette epoque, mis a part le language et encore ^^
On a en tout point le meme schema!
Sur la symbolique on a un jour decreté que Tolkien avait utilisé le symbolisme pour decrire la guerre entre alliés et nazis, bizzare on a fait de meme avec JK ROwling et harry potter, comme quoi, on vois tout et n'importe quoi dans un livre!

Narnia: Pas lu, mais g vu le film, hors, mis a part le pere noel, ou est la symbolique chretienne?
Il y a different symbolique dans narnia, pas seulement chretienne, le renard me fait beaucou penser au personnage de Renard dans le roman de REnard datant du 16eme siecle, hors, il represente un personnage typique celtique (Irlande/ecosse): Puck, un etre fée, mais parler de fée au 16eme siecle vous valait le bucher!


  Zakath-Nath
Zakath-Nath
18-08-06
à 08:46

Re: Re: Re: Re: Re: Re:

Je ne dis évidemment pas que JKR s'est inspirée du Secret de la Pyramide, mais c'est surtout au niveau de l'atmosphère, en plus de l'intrigue, que je trouvais ça ressemblant. Mais je pense que si JKR s'en était inspirée, elle n'aurait pas hésité à le dire, vu qu'elle cite en général ses autres sources d'inspiration.

Pour Narnia, niveau créature, le bestiaire n'a rien de typiquement chérétien (tu parles du Renard, mais on voit toute sorte d'autres bestioles types cyclopes, minotaures, etc.)

En fait, c'est surtout au niveau d'Aslan, le créateur de Narnia, fils de l'Empereur au delà des Mers, qui meurt et ressucite. Il n'y a pas que dans le nouveau testament que ça arrive, c'est vrai. Mais en fait, dans Le Neveu du Magicien épisode décrivant la création de Narnia, on a aussi droit à un épisode avec jardin magnifique avec un arbre au fruit interdit... Dans Le Fauteuil d'Argent Aslan dit aussi aux enfants un truc du genre qu'il existe aussi dans leur monde mais sous un autre nom et apparence et qu'ils apprendront à le connaître, etc.

Alors je veux bien qu'il n'y ait pas que des influences et des symboles chrétiens dans Narnia, mais quand j'entends dire que Lewis n'a pas du tout cherché à faire d'Aslan une allégorie de Jesus, j'ai quand même beaucoup, beaucoup de mal à croire que ce n'est pas le cas.


  Arianrodh
Arianrodh
19-08-06
à 04:15

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re:

Je n'ai pas lu les livres, je n'ai vu que le film, sur ce point, c'est typiquement tiré du bestiaire grecs antique (les centaures et tout le tralala, meme si le coups du pere noel ca m'as laissée sans voix).

Pour l'allegorie, il faut savoir que beaucoup d'auteurs inclue ce genre de chose, de leurs religion, mais Sur le cas "jesus", nombre d'autres avatars religieux, ont eux la meme histoire, a se demander si y a pas eu ressusser de toute par par les diverses religions!

Soit, les livres de narnia ne me disait rien et ne me dise toujours rien, le film ne m'as pas donné envie de les lire a contrario des harry potter ( pourquoi faut il que Rickman joue aussi bien les personnage sombre et tenebreux oO??).

Donc, voila ^^