Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore
House of the Dragon, saison 1 épisode 9: The Green Council (2)
Vendredi 21/10 12:03 - Zakath-Nath
Dracula (1)
Vendredi 21/10 11:26 - ariannememphis
The Goes Wrong Show, saison 2 (2)
Jeudi 15/09 19:05 - Zakath-Nath
Call Me by Your Name (2)
Dimanche 21/08 09:12 - Zakath-Nath
Carnivàle - La Caravane de l'Étrange, saison 1 (1)
Samedi 20/08 22:04 - Yoda Bor
La Quête de Saint Camber (2)
Dimanche 05/06 11:14 - Zakath-Nath
Le 14e Docteur arrive! (2)
Lundi 09/05 18:56 - Zakath-Nath
Hermione Granger (28)
Lundi 20/06 07:39 - Emma
Les Maîtres Enlumineurs (2)
Dimanche 13/02 10:14 - Zakath-Nath
La Roue du Temps, saison 1 (2)
Dimanche 09/01 20:55 - Zakath-Nath

Potion précédente-Potion suivante
Breaking Dawn

Bella va enfin réaliser son rêve et épouser son vampire d'Edward, pour ensuite faire partie de la famille Cullen. Encore faut-il qu'elle survive à la nuit de noces.

Breaking Dawn conclut donc les aventures de Bella découvrant le monde des vampires, et encore une fois, il faut saluer la facilité avec laquelle se lisent ces romans, alors même que ce qui est raconté n'est pas passionnant. Certains éléments ne sont pas inintéressants (le personnage de Leah, les Volturi) mais restent malheureusement sous-exploités. Notons qu'une partie du livre est narrée du point de vue de Jacob et non de Bella comme d'habitude, ce qui nous évite pendant 200 pages les habituels commentaires sur la beauté plastique et morale d'Edward Cullen.

Le problème de cette série, finalement, c'est, comme je crois l'avoir déjà dit, qu'il s'agit non pas d'une série fantastique où l'amour aurait son importance, mais d'une grosse romance avec des éléments fantastiques. Et l'inconvénient que ne résout pas ce dernier tome, c'est que quand on trouve les deux personnages principaux loupés et le traitement des sentiments amoureux à l'avenant, il n'y a plus à apprécier que les éléments cités plus hauts que je trouve du coup sous-exploités, puisque ce n'est pas ce qui semble intéresser l'auteur.

Parce qu'au final, on a quoi? Une fille qui se prétend ordinaire, mais qui dès le premier tome attire l'attention de tous les garçons qui croisent son chemin (et les simples humains ne sont pas dignes de son attention), qui est déjà très spéciale avant même de devenir vampire, et quand elle le devient, attention, c'est Wonder-Woman: non seulement elle devient d'une beauté surnaturelle comme les autres, mais en plus son seul "défaut", la maladresse, disparaît. Les problèmes que posent la transformation en vampire (la soif de sang incontrôlable dans les premiers temps, la rupture avec la famille) sont évacués: elle fait preuve d'un self-control qui rend tout le monde baba, son père prend bien sa transformation et ne cherche pas à trop en savoir, quant à sa mère, on n'en saura rien. Et comme si ça ne suffisait pas, elle produit le super bouclier de la mort dans la "bataille" finale, qui règle quasiment tout et encore une fois, tout le monde est en admiration.

Son cher Edward n'est pas mieux, même s'il est vu par les yeux de Bella, rien ne nous est épargné sur sa perfection, c'est lourd mais c'est comme ça depuis le premier tome, donc on est habitué.

Avec une hérédité aussi chargée, leur enfant était condamnée: effectivement, passé un accouchement hardcore, c'est l'enfant magique: un bébé qui ne pleure pas, dont la mère n'a jamais à changer les couches, qui arrive à communiquer très vite, qui grandit en un clin d'oeil, d'une intelligence formidable, qui n'est pas du tout dangereux contrairement à ce qu'on craignait et naturellement, Renesmee (oui, c'est son nom: Renesmee Carlie Cullen) est magnifique et mis à part quelques esprit chagrins, tous ceux qui posent les yeux sur elle l'adore.

Parce que le hic avec l'amour dans cette série, c'est justement que tout est total et immédiat (mis à part les sentiments de Bella pour Jacob dans les tomes 2 et 3 qui suivent une progression, mais naturellement ça ne débouche sur rien, ils ne sont pas fait l'un pour l'autre): Edward n'est pas séduit par la personnalité de Bella, elle a une "odeur" spéciale qui l'obsède immédiatement et à partir de là, ne peut plus l'oublier. Bella est immédiatement fascinée par Edward, et plus personne n'a sa chance. Bella n'a jamais voulu d'enfants, mais dès qu'elle se retrouve enceinte par surprise, elle éprouve un amour total et inconditionnel pour son bébé, sans même un temps de reflexion. Edward craint le bébé qui pourrait tuer sa mère à la naissance, mais dès qu'il trouve moyen de communiquer avec lui, il en est également fou. Pareil pour Jacob (la manière dont se règle le triangle amoureux ne tombe pas du ciel, il faut le reconnaître, mais bon, c'est aussi très facile).

Bref, difficile d'apprécier cette histoire où tout le monde ou presque explose de perfection (ajoutons à ça que les Cullen sont plein aux as et ne se refusent rien, ce qui est compréhensible, mais là encore on tombe dans le trop c'est trop: l'île Esme, ça a failli m'achever).

Finissons sur une note de comique involontaire (mais là, c'est sans doute plus ma faute que celle de l'auteur): le cap de la nuit de noces est présenté comme très délicat dans le livre, vu qu'Edward pourrait tuer son épouse humaine s'il ne se contrôle pas. Un voile pudique est baissé sur la scène en question, et se lève sur Bella totalement aux anges après l'acte, qui était évidemment merveilleux. Bella remarque alors que son mari est effondré et se demande pourquoi. Celui-ci bat sa coulpe en disant que c'est affreux, il a fait de son mieux pour se retenir mais il l'a quand même blessée, il se déteste. Bella s'aperçoit alors qu'elle est couverte de bleus, mais parvient à convaincre Edward que tout va bien, il ne faut pas dramatiser. C'est sans doute sensé être un passage poignant, mais ça m'a surtout rappelé Le père Noël est une ordure et ce dialogue immortel: " Thérèse, c'est une catastrophe! - Ce n'est rien, Pierre, je n'ai rien senti".

potion préparée par Zakath Nath, le Jeudi 13 Novembre 2008, 10:12bouillonnant dans le chaudron "Littérature".


Ingrédients :

  Celebrithil
27-04-09
à 20:52

sparkle!

Je suis sans doute mal placée pour critiquer ces livres, étant donné que je n'en ai pas fini un seul de toute la série. Mais quand je vois l'avis de gens comme toi, ou des choses comme ça: http://stoney321.livejournal.com/317176.html

...je me dis que j'ai rien loupé, en définitive!

  Zakath-Nath
Zakath-Nath
27-04-09
à 21:10

Re: sparkle!

En effet, tu ne loupes pas grand chose... Quoique parfois, c'est tellement nawak que ça peut être amusant.

Merci pour le lien, c'était bien marrant!