Où suis-je?

Bienvenue sur ce blog consacré à un peu tout et n'importe quoi, mais où il sera principalement question de: Harry Potter et la fantasy en général, de romans d'aventures maritimes, de littérature, de séries télés (majoritairement des productions britanniques, mais pas que) et de cinéma!


mon compte twitter mon tumblr mon compte bétaséries



Les aventuriers de l'article perdu

Archive : tous les articles

Principaux grimoires

Inventaire des ingrédients

Ce qui mijote encore

Potion précédente-Potion suivante
American Horror Story saison 3: Coven
La jeune Zoe se découvre dans des circonstances dramatiques un pouvoir très particulier qui lui vaut d'être envoyée à la Nouvelle-Orléans dans une école pour sorcières. Là-bas, elle découvre qu'il n'y a pas beaucoup d'élèves, les sorcières paraissant en voie de disparition, et que la Suprême, Fiona Goode, ne voit pas d'un bon œil ces jeunes recrues dont l'une l'évincera un jour ou l'autre.

Cette troisième saison voit le retour des habitués (Jessica Lange, Sarah Paulson, Evan Peters, Frances Conroy, Lily Rabe...), des absents de la saison 2 (Taissa Farmiga, Denis O'Hare, Jamie Brewer) et surtout, des nouvelles venues telles que Kathy Bates, Angela Bassett, Gabourey Sidibe ou Emma Roberts). Le thème de l'année est donc la sorcellerie dans le Vieux Sud, avec vaudou et tensions raciales au programme. Si l'ambiance est plus légère que la saison précédente, on retrouve néanmoins le même esprit, ce mauvais goût certain, ce n'importe quoi dont on se demande à quel point il est volontaire (comme le personnage de Delphine LaLaurie, authentique tueuse et tortionnaire d'esclaves du XIXe siècle ici immortelle et devant se faire aux nouveaux droits de ses anciennes victimes, ce qui donne lieu à des échanges pas piqués des vers) mais arrive néanmoins à faire au moins sourire: si j'ai été déçue de voir Frances Conroy, très classe en ange de la mort dans Asylum, transformée en une espèce de Sybille Trelawney sous acide (déjà que l'originale est gratinée), plus la saison avançait, plus elle me faisait délirer jusqu'à une dernière réplique tellement grotesque qu'elle en devenait épique.

Malheureusement, les défauts sont toujours les mêmes et une fois encore, en treize épisodes, on tourne en rond: les personnages meurent, ressuscitent, s'opposent violemment avant de s'allier, et au bout d'un moment, on se passionne moins de leur sort, n'importe qui se faisant assassiner étant susceptible de revenir tandis que des ressuscités ne le sont que pour se faire tuer à nouveau honteusement un peu plus tard. De plus, on a l'impression que certains personnages sont totalement incapables d'évoluer malgré les épreuves qui leur tombent dessus, tels que celui d'Emma Roberts, juste égocentrique de bout en bout. Enfin, dernier reproche, certains acteurs sont tout bonnement sous-exploités, notamment Evan Peters totalement sacrifiés cet saison (le seul acteur tirant son épingle du jeu étant Danny Huston). On peut également se demander pourquoi avoir appelé Papa Legba une entité se rapprochant davantage du Baron Samedi, mais on nage tellement dans le n'importe quoi qu'après tout, bon.

Le casting féminin porte heureusement la saison, en particulier trois grands apports à la série, Kathy Bates dans le rôle de la monstrueuse Delphine LaLaurie, Angela Bassett en sorcière vaudou sans doute caricaturale mais très classe et qui convient parfaitement à ce personnage sur lequel le temps n'a pas d'emprise, et Gabourey Sidibe, dont on peut regretter que son personnage ne soit pas mieux exploité tant ses répliques lapidaires et ses échanges avec Bates étaient savoureux.

Comme d'habitude avec cette série, je me suis demandée par moment pourquoi je regardais ça (car il faut bien le dire, ça peut être très très con) mais il y a toujours un côté addictif, l'impression que les scénaristes naviguent à vue et règlent le sort de leurs personnages sur un coup de dés ménageant le suspense tout en étant très frustrant.
potion préparée par Zakath Nath, le Lundi 17 Février 2014, 18:11bouillonnant dans le chaudron "Séries tv".